Frontières et migrations : quelques leçons de la pandémie

Le Cpa au 14 rue Louis Gallet

« Fermer nos frontières », telle serait pour certains la leçon à retenir de la crise sanitaire, une mesure « qu’on aurait dû adopter de longue date ». L’épidémie a de fait engendré au niveau mondial une chute de la mobilité, une crise économique majeure, une stigmatisation accrue de « l’étranger », et plus particulièrement de certaines catégories de migrations. Deux réalités, pourtant, sont apparues, qui peuvent sembler contradictoires : d’un côté, les migrants ne représentent qu’une infime partie des personnes qui franchissent la frontière, et, de l’autre, ceux qui vivent déjà parmi nous se sont avérés à la fois « essentiels » et vulnérables. Contre les préjugés souverainistes et les crispations identitaires qui tendent à sacraliser les frontières, il faut repenser l’histoire des frontières et l’enjeu des circulations humaines pour demain.
Une conférence tenue par François Héran, sociologue et démographe, professeur au Collège de France sur la chaire Migrations et sociétés, directeur de l’Institut Convergences Migrations, co-organisée avec la Cimade dans le cadre du Festival Migrant’Scène.

+ d'infos
Entrée libre