De ce côté

Le village - 07110 Valgorge

Au fond du bar qu’il a acheté à crédit pour organiser des soirées de stand-up, Dido noie sa solitude, s’embrouille avec de vieux démons, ressasse les écueils de son parcours. Les personnages qu’il a incarnés sur scène viennent lui demander des comptes. Sur les murs défilent des images de ruines: le Théâtre National du Congo, Alep ou encore le Bataclan. Dido a dû fuir son pays le jour où une bombe a explosé en pleine représentation théâtrale: le régime a profité de l’attentat pour épingler cet artiste dissident comme «ennemi public».

L’exil, la culpabilité d’avoir abandonné famille et spectateurs agonisants, le harcèlement d’activistes afro-africains le poussent à renoncer à sa carrière. Quand un metteur en scène lui propose de jouer dans sa pièce intitulée La fin de la colère, c’est avec tout cet héritage que Dido doit négocier. À travers ce seul en scène épuré, Dieudonné Niangouna incarne son double et renforce son engagement dans et par le théâtre.

Poursuivant ses recherches à la croisée du théâtre et du cinéma, le metteur en scène imagine un dispositif vidéo qui, à l’aide de trois caméras mobiles, filme en direct et alternativement l’intérieur d’un compartiment et le parcours d’un train électrique à travers une maquette. Une manière de redonner toute son importance à ces paysages péri-phériques, témoins immuables de nos existences.

+ d'infos sur