Attractivité des métiers de l'agroalimentaire.

Définir les besoins d’un territoire, adapter l’offre à la demande en termes d’activité et d’emploi, telles sont les missions du groupe de travail agri/agroalimentaire composé d’un ensemble de partenaires institutionnels et  de terrain concernés par l’emploi/formation.

Ce groupe s’est constitué au regard des préconisations faites lors du   « diagnostic et état des lieux » du territoire. Ce diagnostic met en avant de besoins de recrutements réguliers mais une faible attractivité de ce secteur et métiers.

Comment mobiliser les publics sur ces métiers ? Comment connaître mieux ces métiers ? Comment motiver le public  à la formation sur ces métiers ? Comment  co-construire avec les entreprises (prérequis, besoins réels, condition de travail, saisonnalité...) ? Autant de questions auxquelles le groupe de travail a pour mission de trouver des réponses.

Le groupe se réunit tous les mois. Il est composé des acteurs de l’orientation et accompagnement (Mission locale, Pôle emploi, …), des acteurs de la formation (CFPPA, IFRIA, AFPA, …), des acteurs d’organismes collecteurs agréés (AGEFOS PME – OPCALIM), du FONGECIF Rhône Alpes, d’associations et cabinet consultant en lien avec les entreprises (CRDI, BPI…), du Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification (GIEQ) Adrial et la DIRECCTE.

Concrètement ses interventions ont été illustrées par la réalisation d’une plaquette d’information sur les filières, l’emploi, les perspectives, etc. Par l’organisation d’un forum agroalimentaire dans le cadre de la Semaine de l’Industrie et par des financements à 100% de la demande sur les Ateliers Chantiers d’Insertion concernés par cette thématique comme Graine de cocagne de Parenthèse/Conficoeur et les jardins des restaurants du cœur insertion 26. Ces dernières ont pour vocation l’accompagnement vers l’emploi des publics en difficultés (2011-2012-2013).

Le groupe entend poursuivre ses actions en sensibilisant les jeunes en travaillant sur les mises en situation via une action théâtre : en organisant un deuxième forum spécifique agroalimentaire ; en co-construisant des projets avec les entreprises, les consulaires…; et en poursuivant le travail d’échanges, d’informations et de partenariats avec les acteurs concernés.